abc

Mes 7 astuces pour éviter l’infodump dans votre roman

Écrit par Éléonore

15 juin 2020

*Votre lecteur a sauté le prologue où vous expliquiez le fonctionnement de la magie dans votre univers et se plaint ensuite de ne rien comprendre ?

*Vous avez tendance à vouloir décrire un personnage en intégralité quand il apparait pour la première fois dans votre histoire ?

*Vous avez besoin d’expliquer un peu le contexte historique ou juridique pour que votre lecteur sache pourquoi votre héros est dans cette mauvaise passe, mais vous ne savez pas comment faire ?

Pas de panique !

Aujourd’hui, je vais vous parler d’exposition et de gestion de l’information ou comment ne pas ennuyer votre lecteur ou lui faire ingurgiter trop d’informations et de manière artificielle.

Commençons par le commencement : qu’est-ce que l’infodump ?

Pour comprendre votre histoire, votre lecteur a besoin de certaines informations sur l’univers et ses règles, les personnages, le décor, la physique quantique s’il y a lieu.

Votre but est de faire passer ces informations sans en avoir l’air, de manière naturelle, sans que cela ne casse trop et trop longtemps l’action de votre histoire et sans ennuyer votre lecteur.

Et, suivant votre histoire, son genre et son univers, ce peut être un beau challenge !

Challenge plus facile si votre roman est une histoire contemporaine que si vous embarquez votre personnage dans une navette spatiale pour Mars ou une contrée où la magie a un fonctionnement très spécifique.

Mais, quel que soit le genre de votre récit, vous devez transmettre assez d’informations à votre lecteur pour qu’il comprenne le but de votre protagoniste et les risques qu’il court.

Si au départ, ce concept désignait surtout l’exposition brute et longue des faits / de l’histoire / de l’univers / de la magie (au choix, liste non exhaustive) de votre roman, et ce, dès le début.

Je prendrai ce terme dans un sens plus large, c’est-à-dire comme toute information que vous essayez de faire passer à votre lecteur d’une manière maladroite et peu naturelle.

ENNUI-INFODUMP

Comment repérer l’infodump dans votre roman ?

* Vous donnez des informations en bloc

Je sais que vous avez passé du temps à créer votre monde, vos fiches personnages, votre système de magie, etc., mais votre lecteur s’en fiche. Lui, ce qu’il veut, c’est lire une histoire passionnante avec une intrigue rythmée, qui lui permette de s’évader, de s’amuser, de s’émouvoir. Pas de suivre un cours d’histoire ou de lire un curriculum vitae. Il n’est pas là pour s’ennuyer. Le risque, c’est qu’il lâche votre livre !

Par exemple : un nouveau personnage intervient dans l’histoire : vous vous faites un point d’honneur à le décrire des pieds à la tête puis d’exposer son curriculum vitae complet. Résultat : une page entière de descriptions, avec une multitude d’informations et une grosse coupure dans l’intrigue.

* Vous donnez trop d’informations qui perdent le lecteur ou le lassent

C’est l’autre face du premier point.
Si vous lui donnez trop d’informations en même temps, le lecteur ne retiendra rien.
C’est donc rébarbatif ET contre-productif.
Rébarbatif parce que vous avez fait fuir un lecteur sur deux.
Contre-productif parce que vous avez besoin que votre lecteur se souvienne que votre personnage est allergique aux pistaches.

* Il y a trop de blablas pas assez d’action

Passer 3 paragraphes à expliquer le fonctionnement d’un exosquelette et ses avantages lors de l’exécution de travaux pénibles, OK, le lecteur voit que vous avez bien bûché, mais c’est très froid et le lecteur ne va pas vraiment se sentir impliqué.

* Le moment (ou le contexte) est mal choisi

En pleine action, le suspense est à son comble, votre héros risque un accident potentiellement mortel et là, vous faites une digression sur les capacités de la coque du vaisseau spatial alors que le lecteur n’attend qu’une chose, la suite de l’action.
Vous l’avez au moins agacé, voire perdu.

* Les dialogues ont l’air artificiels

Il arrive assez souvent que l’auteur ayant besoin de donner une information au lecteur la place dans les dialogues entre deux personnages …qui la connaissent déjà.
Ça se voit. Beaucoup. Ne le faites pas.

Exemple :
— Jeannine, comment allons-nous faire puisque c’était la seule copie du contrat et que vous l’avez détruite par inadvertance dans ce destructeur de papier ?

Pour repérer ce problème, vous pouvez vous poser la question suivante :
Mes personnages connaissent-ils déjà tous les deux cette information ?
Si oui, virez-la sans hésitation du dialogue et trouvez une autre façon de la faire passer.

Si plus globalement les dialogues vous posent problème, je vous invite à aller lire mon article : comment améliorer facilement vos dialogues en 9 questions.

 

INFODUMP-DIALOGUES

7 astuces pour éviter l’infodump dans votre roman

Comme on l’a vu plus haut, l’infodump se présente le plus souvent sous forme de blocs, qui peuvent venir couper l’action ou s’inviter dans des dialogues peu naturels ou encore dans un contexte mal choisi.

Comment éviter ces problèmes ?

Voici 7 astuces qui j’espère vous aideront à supprimer l’infodump et donc à améliorer grandement votre histoire.

Astuce n° 1 : Utilisez des personnages atypiques

*Le petit « nouveau »
Pour décrire un monde et son fonctionnement (l’édition, la banque, la base jupitérienne X01Alpha, etc.), vous pouvez utiliser le « nouveau ». Il vient d’arriver et ne connait rien. Les autres personnages lui donnent des explications dont le lecteur peut prendre connaissance en même temps que lui.
C’est un procédé qui marche, mais soyez vigilant sur 2 points :
1) Il a déjà été beaucoup utilisé. Il faut le savoir quand on le choisit.
2) Il a ses limites. Si votre « nouveau » ne connait rien à rien et que c’est votre héros, il va passer pour un abruti à la longue. Et ce n’est sûrement pas le but.

*Le personnage « encyclopédique »
Vous savez ce personnage qui a réponse à tout et expose dans les moindres détails ses savoirs. Il peut être bien pratique.

*L’amnésique
Là aussi à utiliser avec discernement. C’est un procédé assez souvent utilisé.

Astuce n° 2 : Limitez le nombre d’informations données dans chaque scène ET pensez à ce que le lecteur doit retenir

Pour que le lecteur retienne les informations pertinentes et pour éviter que l’intrigue et le rythme soient coupés, ne donnez que l’essentiel.
Pour cela, vous pouvez vous poser la question suivante :
De quoi mon lecteur a-t-il besoin à ce moment-là du récit pour comprendre la scène et l’intrigue ?

Puis demandez-vous ce dont votre lecteur a besoin un peu plus tard, puis un peu plus tard encore et construisez votre personnage et ses relations aux autres, pièce par pièce. Pour que le puzzle se dessine dans l’esprit de votre lecteur au fil des premiers chapitres ET qu’il retienne les informations qu’il faut pour la suite du récit.

Pour cela, vous pouvez vous poser la question suivante :
Quelles informations très précises ai-je besoin que mon lecteur retienne pour la suite de l’histoire.

Je tiens à noter une exception : s’il y a quelque chose de très spécial et très important, dites-le tout de suite.
Par exemple, si votre personnage est nu, précisez-le immédiatement (ou alors, c’est un effet voulu et donc maîtrisé, mais dans ce cas, réfléchissez bien à l’effet que cela peut avoir sur le lecteur de lire cette information 5 pages après le début.)

Astuce n°3 : Pensez au show don’t tell

Reprenons l’exemple de l’exosquelette, plutôt que de décrire son fonctionnement, mettez votre personnage dedans et dites-nous ce qu’il ressent.
Les informations passeront d’autant mieux.

Pour cela, vous pouvez vous poser la question suivante :
Est-ce que je ne pourrais pas « montrer » ces informations plutôt que de les donner froidement ?

Attention, cela ne veut pas dire qu’il faut systématiquement avoir recours au show , sinon votre livre risque de doubler de volume ! Mais se poser la question permet d’éviter quelques expositions rébarbatives.

Astuce n°4 : Choisissez le bon contexte

Il y a un temps pour tout. Trouvez le bon moment pour donner les informations. En général, si c’est un peu long (et/ou ardu) : pas pendant l’action.

Reprenons l’exemple du héros en danger dans son vaisseau spatial et de la digression sur les propriétés de la coque.
Pourquoi ne pas la placer avant dans votre récit, par exemple ? Quand un des passagers fait une crise de panique, s’inquiétant qu’il n’y ait qu’une fine coque entre lui et le vide l’espace et que le commandant lui explique pourquoi il est en parfaite sécurité grâce aux propriétés merveilleuses de son paquebot volant.

Dans ce cas, vous pourriez vous demander :
Dans quel contexte et à quel moment (avant) puis-je placer l’information cruciale nécessaire pour bien comprendre ma scène d’action ?

Astuce n°5 : Intégrez les informations à l’action et au décor

C’est ce qu’il y a de plus naturel. Vos personnages vivent dans ce monde, ils le connaissent.
Essayez donc d’intégrer des éléments par petites touches.

Par exemple :
« Depuis le matin, des holopubs apparaissaient sur son chemin, chez lui, au bureau, au self. »
Ou encore : « Après avoir traversé des grandes villes du quatrième royaume, Midgard, comme Philadelphie ou Chicago et d’autres, plus petites, Winnipeg, Saskatoon, Fort McMurray, il avait finalement atterri sur cette rive sauvage. »

Astuce n° 6 : Utilisez le conflit

Qu’il soit interne, externe ou relationnel, le conflit permet de faire ressortir des informations auxquelles vos personnages ne penseraient pas ou n’utiliseraient pas en temps normal. Poussez-les dans leurs retranchements !
Lors d’un danger extrême, votre personnage se croyant sur le point de mourir, peut se confier à un autre.
Lors de mémorables engueulades, il peut ressortir les vieilles histoires du placard.
Lors d’une grande angoisse psychologique, il peut revivre des événements du passé.

Pour le conflit : je vous invite à aller lire mon article : comment améliorer vos histoires grâce au conflit

Astuce n°7 : Variez les supports

Voici plusieurs supports par domaine pour vous permettre de passer les informations à votre lecteur :

Épigraphe ou exergue : petit texte en début de chapitre pour donner des informations d’une encyclopédie ou des lois de votre monde …
Environnement : stigmate d’une tempête ou d’une inondation, signalétique, nourriture, agriculture …
Culture : films, émissions de télévision ou de radio, publicités, livres, bibliothèque, YouTube …
Histoire : date anniversaire d’un événement, monument historique, hymne, musées, archives départementales …
Communication : lettre, SMS, article Wikipédia, journal intime, page Facebook, article de journal, ordonnance médicale, cours, journal de bord d’un vaisseau spatial …

Faites marcher votre imagination, en fonction de votre histoire. Comme vous le voyez, il y a énormément de possibilités.

Pour finir, l’inverse : le manque d’informations

Vous avez tellement peur de l’infodump que votre lecteur est perdu.

Solution : Testez votre histoire grâce à la bêta-lecture. Le dosage est assez délicat.

Faites lire votre histoire, pour savoir où votre lecteur a des problèmes de compréhension. Demandez-lui expressément ce qu’il a compris, ce qu’il pourrait en déduire de la façon dont fonctionne telle ou telle chose. Cela vous permet de savoir sur quel élément il manque des informations, mais aussi s’il en manque un peu, beaucoup, énormément.
La question à se poser dans ce cas est la suivante : quelles informations manquent à mon lecteur pour comprendre la scène et à quel degré exactement ?

Si vous ne savez pas vers qui vous tourner pour recevoir un avis extérieur : pensez à moi 😉

J’espère que maintenant vous comprenez ce qu’est l’infodump, comment la trouver dans votre histoire et comment l’éviter.

À vous de jouer !

Vous pourriez apprécier…

0 commentaires

Soumettre un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *