abc

Créer un personnage de roman : les 4 indispensables

creation-personnage-roman

Écrit par Éléonore

5 octobre 2020

Quand on cherche des informations pour créer les personnages de son livre, on tombe souvent sur une fiche personnage toute faite. Elle commence souvent par l’état civil du personnage et la description physique. Soit. C’est une base qui a son utilité. Mais remplir ce type de fiche ne doit pas vous faire perdre de vue l’essentiel.

Selon moi, la réflexion concernant la création d’un personnage creusé et intéressant doit absolument aborder les 4 points suivants : ses actes, ses motivations, son passé et ses ombres.

Et je vous explique pourquoi.

Dans cet article, je m’appuierai sur 2 ouvrages :
« Personnages et Point de vue » d’Orson Scott Card et « le Guide du scénariste » de Christopher Vogler.

Et ce sera encore une occasion de vous poser des questions pour « creuser » vos personnages ou trouver des idées de déclencheur, d’intrigue, car tous les éléments de l’histoire sont liés. Et le personnage en est la pièce centrale.

Caractérisation de personnage : hiérarchie

Selon Orson Scott Card, il existe une certaine hiérarchie dans les éléments qui caractérisent votre protagoniste.

Si je schématise, je les classerais (et parfois regrouperais) ainsi :

*Le physique

Je ne sais pas si vous avez remarqué, mais parfois l’auteur ne donne pas de description d’un personnage et si le personnage est très bien caractérisé par ailleurs, cela ne dérange absolument pas. Qu’est-ce que cela apporte (en général) de savoir que votre héroïne a les yeux bleus ? Je dis « en général », car dans un univers de fiction la couleur des yeux peut très bien être un signe distinctif stigmatisant.
De la même manière, dire que votre personnage est maigre n’est peut-être pas utile sauf si cet amaigrissement est passager et devient un signe de dépression par exemple. Le physique peut donc être contraint par l’environnement, la psychologie du personnage, etc.

De la même manière, n’oubliez pas une blessure d’un chapitre à l’autre : à moins de posséder certains pouvoirs, votre personnage ne va pas guérir d’une blessure par balle en une nuit.
Ce qu’il faut retenir ici, c’est que vous devez tout savoir de votre personnage (c’est la partie immergée de l’iceberg), à chaque chapitre, mais que vous ne devez pas tout dire.

ACTES- PERSONNAGES

*Goûts et préférences / *Ses habitudes et manies / *Ses talents et aptitudes

Votre héros aime certaines choses, en déteste d’autres. Placer des détails de ce type ancre votre personnage dans le réel et aide le lecteur à ressentir de l’empathie pour lui.
– Goûts et préférences : Votre héros adore prendre une glace à la vanille (peut-être est-ce aussi le parfum préféré de votre lecteur ?) en fin de repas, même si c’est l’hiver.
– Habitudes et manies : Il fixe et effleure toujours la photo de sa sœur défunte avant de se coucher. (Ce détail ne le rend-il pas attachant ?)
– Talents et aptitudes : Il sait déceler quand quelqu’un ment.
Ces traits distinctifs forment un ensemble qui dessine la silhouette de votre protagoniste et le rendent réel.

Vous pouvez aussi vous en servir par exemple pour :
Montrer qu’il y a un problème : ce soir-là, votre personnage ne commande pas sa glace à la vanille, par exemple.
Déclencher votre histoire : votre héros sait que le policier chargé de l’enquête sur sa sœur lui a menti : pour quelle raison ? Il veut en savoir plus et va enquêter de son côté.

*Réseaux / *Stéréotype / *La réputation

Orson Scott Card parle des cercles dans lequel votre personnage évolue et des masques sociaux qu’il porte dans chacun de ces groupes. Il explique aussi que les autres le voient à travers leur propre filtre, selon leurs stéréotypes.
Quand on ne connaît pas quelqu’un et que l’on est présenté pour la première fois, il est plus facile et plus rassurant de pouvoir mettre cette personne dans une case. Plus elle est éloignée de vous et plus elle peut vous mettre dans l’inconfort, car elle représente l’inconnu, mais elle peut aussi être intrigante.
Et si vous sortiez votre personnage de ses réseaux habituels ?
Et s’il décidait de tomber le masque ?
Et si le lecteur n’apprenait au départ à connaître votre héros que par ce que les autres disent de lui ? (et que cette image était trompeuse)
En fait, il faut toujours réfléchir à votre personnage dans l’histoire, dans son environnement, avec ses relations avec les autres.

👉 Viennent ensuite les trois plus importants : le passé, les motivations et les actes dont je vous parle tout de suite.

HABITUDES- PERSONNAGE

Créer un personnage creusé : les 4 indispensables

Les actes de votre personnage

Vous pouvez montrer une de vos protagonistes essayer de tuer quelqu’un.
Le lecteur la jugera sûrement de prime abord comme une meurtrière alors même qu’elle a loupé son coup.
De la même manière, décrire un mari préparer un anniversaire XXL à sa femme peut démontrer son amour pour elle.
Commencer par dépeindre les actes d’un personnage est une façon facile et pratique de le présenter à votre lecteur

Mais les apparences peuvent être trompeuses !
Pourriez-vous en jouer ?

Les motivations de votre protagoniste

Maintenant, laissez le lecteur entrer chez la « presque » meurtrière. Montrez-lui son obsession : faire payer le meurtrier de sa fille qui a été acquitté à cause d’une erreur judiciaire. On peut ne pas cautionner, mais cela explique totalement son geste. Le lecteur peut comprendre votre personnage et c’est très important pour qu’il ait envie de le suivre dans le reste de l’histoire.

Allons maintenant à cette soirée d’anniversaire, entrez, suivez l’homme qui s’éclipse en s’assurant que sa femme est bien entourée. Que fait-il ? N’envoie-t-il pas un texto à sa maîtresse ?

Les actes montrent des choses sur nos personnages, mais ce sont les motivations, les intentions qui importent le plus. En tant que lecteur n’aurez-vous pas un peu d’empathie envers la « presque » meurtrière et un jugement plus sévère envers l’homme adultère ?

Selon Orson Scott Card, les motivations du personnage confèrent une valeur morale à ses actes et cette valeur n’a pas forcément le caractère positif ou négatif que les actes pouvaient lui conférer.

Ce sont donc plus les intentions que les actes qui comptent. Et les dévoiler au lecteur au bon moment est crucial.

Le passé de votre héros

L’histoire et les souvenirs plus ou moins réinterprétés d’un personnage le façonnent. Ils font de lui ce qu’il est aujourd’hui.
Décider d’éclairer un pan du passé de votre héros peut aider le lecteur à mieux le comprendre et donc à ressentir plus d’empathie à son égard.
Il peut expliquer ses intentions et donc teinter ses actes d’une couleur plus positive ou plus négative que ce que le lecteur avait compris de prime abord.

Revenons-en à cette soirée d’anniversaire, la femme a des soupçons. Pourtant rien n’a pu lui mettre la puce à l’oreille, le mari prend énormément de précautions. Alors pourquoi ?
Fouillons un peu dans le passé de cette femme et nous découvrirons que son père trompait sa mère et que ce traumatisme soit devenu l’une des plus grandes peurs de sa vie.

Passé et ombres sont souvent étroitement liés.

OMBRES-PERSONNAGES

Les ombres que cache votre personnage

Tout comme une vraie personne, votre héros est complexe.
Ce qui rend selon moi un personnage intéressant, ce sont ses ombres, ses secrets, ce qu’il veut cacher aux autres, ce qu’il a du mal à assumer, ce qu’il peut rejeter même.

Traumatismes de l’enfance, sentiment de culpabilité, affectivité réprimée sont autant d’ombres qui peuvent hanter vos personnages et les rendre plus profonds. Plus vrais aussi. Qui n’a pas d’ombres dans son passé ? Personne, et votre lecteur ne fait pas exception. Il sera d’autant plus enclin à vouloir savoir comment votre personnage a, lui, géré ses ombres, les a combattues voire même les a dépassées 😉

Ces ombres génèrent souvent des conflits internes très riches à développer puisque le personnage doit lutter contre ses démons.

Si vous voulez en savoir plus sur la notion de conflit, je vous invite à lire cet article : améliorer facilement votre histoire grâce au conflit.

Elles entravent le héros et peuvent donc être des faiblesses, prétextes à des transformations intéressantes.
Si la transformation du personnage vous intéresse, je vous conseille la lecture de cet article : OMG mon personnage s’est transformé et c’est tant mieux.

Mais l’ombre peut aussi être la partie noire de votre personnage, celle qui va prendre le dessus et le faire basculer du côté obscur. (À ce sujet, je vous reparle bientôt de l’Antagoniste, le méchant de l’histoire.)

J’ai emprunté ce dernier point à Vogler, car je pense qu’un personnage captivant a souvent une faiblesse, une ombre dans son passé qui dicte ses actes, influence ses motivations. Vous voyez les liens entre ces 4 éléments 😉

C’est souvent aussi celui qui peut, selon moi, le rendre plus touchant, profond, captivant.

Voilà pour aujourd’hui !

J’espère que cet article vous aidera à vous poser de nouvelles questions, à envisager de nouvelles pistes et à créer des personnages inoubliables.

À vous de jouer !

Vous pourriez apprécier…

0 commentaires

Soumettre un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *