abc

Auteur, 7 astuces pour vaincre ce SATANÉ syndrome du milieu et retrouver sa motivation

Syndrome du milieu

Écrit par Éléonore

4 juillet 2021

Vous êtes coincé.e au milieu de votre roman ? Vous doutez de tout ? Vous avez perdu l’élan, l’inspiration des débuts ? Vous souffrez sûrement du syndrome du milieu de l’auteur. Dans cet article, je vous explique ce qu’est ce blocage en écriture, mais surtout comment le dégommer et retrouver la motivation pour écrire la fin de votre roman grâce à 7 astuces bienveillantes, pratiques et faciles à appliquer.

Prêt.e ? C’est parti !
Mais d’abord…

1) Qu’est-ce que le syndrome du milieu ?

Qui n’a jamais connu ce moment où, arrivé quasiment au milieu du roman, ça coince ? L’enthousiasme du début est retombé comme un soufflé et la fin est trop loin pour donner l’énergie nécessaire pour aller au bout de son histoire, on se met à douter de son intrigue, de ses personnages, de l’idée de départ même.

On en vient parfois à se demander à quoi bon continuer puisque c’est nul, ou être anéanti.e par ce qu’il reste encore à écrire.

Pas de panique : c’est le SYNDROME DU MILIEU. Un blocage courant en écriture.

En bonne jardinière, j’ai connu ce problème.

 

2) 7 astuces pour dégommer le syndrome du milieu et terminer votre roman

Alors aujourd’hui je vous propose 7 astuces pour dépasser ce moment périlleux où l’on a le plus de risques de laisser tomber notre histoire comme une vieille chaussette (et vraiment, comme ce serait dommage pour vous, pour elle, pour vos futurs lecteurs surtout 😉).

Alors piochez dans cette liste à votre gré et sortez de cette impasse !

Astuce #1 Ne culpabilisez pas à cause de ce blocage

Ce syndrome, tous les auteurs ou presque l’ont éprouvé. C’est normal !
Donc ne culpabilisez pas si vous n’arrivez plus à écrire quelques jours ou même semaines.

Enlevez-vous ce poids de vos épaules : vous n’êtes pas seul.e dans ce cas et c’est un passage quasiment obligé chez les auteurs. Donc rien de surprenant.

Astuce #2 Ayez plus de bienveillance envers vous-même et votre projet d’écriture

Vous avez déjà écrit la moitié d’un roman, ce n’est pas rien ! Vous vous êtes assis.e devant votre ordinateur des heures durant pour raconter cette histoire.

Combien de personnes autour de vous ont ce courage, cette persévérance et cet engagement pour un projet au long cours ?

Alors soyez un peu bienveillant.e envers vous-même. Vous devriez même vous récompenser pour le chemin déjà parcouru 😉

se recompenser

Astuce #3 Faites une vraie pause dans l’écriture

Pour retrouver l’élan créatif, je vous conseille de faire une pause. Pas trop longue non plus si possible pour ne pas totalement vous déconnecter de votre roman. Mais regardez des séries, lisez des romans, des BD, des mangas, des livres sur l’écriture.

C’est souvent à ce moment-là que notre Muse a besoin d’être abreuvée de nouveautés.

Il m’est aussi arrivé d’écrire totalement autre chose. C’était un texte court pour un appel à textes et c’était très satisfaisant d’avoir écrit d’un bout un l’autre un texte, de l’avoir terminé, corrigé puis envoyé en quelques jours seulement. Cela m’a permis de retrouver un second souffle sur mon roman, qui est un chantier au long cours.

Et si vous alliez voir les appels à textes du moment sur le site « textes à la pelle » par exemple ?

Astuce #4 Refaites un plan de votre roman ou voyez s’il n’y a pas un problème en amont

En bonne jardinière que j’étais (avant), je ne faisais pas de plan et souvent, c’est au milieu du roman que je ressentais l’écriture non plus comme un vaste champ des possibles créatifs, mais comme un grand « flou » noir un peu angoissant (aurais-je écrit tout ça pour rien ? 😱).

Maintenant, j’ai compris que j’avais besoin de revenir en arrière à ce stade, de remettre à plat mon intrigue afin de pouvoir mettre les jalons nécessaires pour la suite et arriver à une fin satisfaisante. Je ne serai sûrement jamais architecte, mais je suis devenue paysagiste 😉

Une autre fois, j’ai aussi compris que si je bloquais, c’est parce que quelque chose clochait. C’était assez inconscient au début. Mais si je procrastinais l’écriture de la suite, c’est parce que je « sentais » qu’il y avait une incohérence dans la première partie. Je l’ai cherchée quelques jours, mais une fois que j’ai mis le doigt dessus et que j’ai réussi à trouver la solution pour la supprimer, mon ciel s’est dégagé et j’ai pu reprendre l’écriture.

Astuce #5 Retrouvez du plaisir à écrire votre histoire

Souvent ce milieu est aussi appelé « ventre mou » parce qu’il est moins passionnant que le début de l’histoire qui met en place les personnages dans la situation initiale et fait émerger l’élément déclencheur. À ce moment-là, les actions s’enchainent, mais ensuite ? L’histoire ronronne, peut-être même que l’ennui guette. Attention danger !

Si c’est le cas, je vous suggère de chercher des idées de conflits ou de rebondissements (avec la question « qu’est-ce qui pourrait mal tourner ? » par exemple) pour dynamiser ce milieu et vous amuser à écrire ces nouvelles scènes plus punchy et plus stimulantes.

Pour aller plus loin sur cette notion de conflits, vous pouvez aller lire cet article : améliorer facilement votre histoire grâce au conflit.

changer de lieu

Astuce #6 Contre le blocage, choisissez le changement

Un bon moyen de retrouver l’élan, la motivation, la créativité, c’est le changement.

*Changer de lieu d’écriture : vous écriviez dans votre bureau, allez sur la terrasse ou le balcon.

*Vous aviez une playlist depuis le début, écoutez de nouvelles musiques.

*Vous écriviez surtout le soir, essayez une session (même courte) le matin.

*Vous écriviez sur clavier, essayez le carnet et le stylo.

*Vous grignotiez du chocolat, goûtez au…non le chocolat, ça, c’est un pilier, on n’y touche pas ! 😄

Astuce #7 Discutez de votre roman avec des amis

N’hésitez pas à parler de vos blocages, peurs, doutes à des proches, des amis, d’autres auteurs sur des forums.

Discuter vous oblige à prendre du recul, à mettre en mots les problèmes que vous rencontrez dans votre histoire et souvent cela aide grandement à mieux comprendre ce qui se passe et ce qui bloque.

La discussion ouvre des portes que parfois vous n’aviez ni vues ni même imaginées. Essayez, c’est magique !

Pour dépasser ces blocages, ce syndrome et les autres (page blanche, imposteur et j’en passe), rien ne vaut une bonne discussion.

Avez-vous essayé ces astuces ? Laquelle fonctionne le mieux chez vous ?

Cet article était au départ un e-mail envoyé à ma tribu. Vous voulez recevoir de genre de messages sur l’écriture, la motivation, les techniques narratives (et quelques promos pour des formations sur l’écriture) ? 👉Inscrivez-vous ici.

Vous pourriez apprécier…

0 commentaires

Soumettre un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *